MEZ'INFOS

MEZ'INFOS

MUNICIPALES 2020


JUGEMENT-CONDAMNATION SUR LES FRAIS DE BOUCHE A MEZE: DES FRAIS DE REPRESENTATION DU MAIRE DE MEZE, DES FRAIS DE RESTAURANT ETAIENT DEPENSES ILLEGALEMENT

 

INCROYABLE! Ce n'est pas un jugement, mais deux, datants du 21 juin 2019 qui confirment ce que l'opposition municipale soulevait quasiment à chaque budget:

 

SAISIE PAR LE PROCUREUR FINANCIER (qui ne ne peut pas être accusé cette fois-ci de se présenter à l'élection municipale), la juridiction CRC a retoqué AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS, les frais de bouche (restaurant, etc...), et les frais de représéntation et de déplacement du maire de Mèze et son équipe en demandant leur remboursement.

entête CRC jugement

 

Après avoir demandé des justificatifs au maire de Mèze et au comptable public, justificatifs, qui n'ont jamais pu être produits..., la chambre a dû statuer sur l'imputation au contribuable Mézois des frais de resto de notre CHER élu, et d'autre (s) personne(s) qui n'avaient pas à en bénéficier.

 

Ces frais, pour les 3 ans contrôlés, s'élèvent à plus de 6000€, et constituent des "dépenses indues, car dépourvues de fondement juridique, non justifiées et de liquidation incertaine et  irrégulièrement payées", "en l'absence de pièces justificatives éligibles".

 

"Un indu dont le paiement a causé préjudice à la collectivité", un préjudice à la ville de Mèze.. C'est en ces termes que le procureur financier et la juridiction de la CRC verbalisent ces dépenses pour le montant cumulé de 6005,80€.

 

Extrait jugement du 21/05/2019:

attendus CRCCe chiffre assez éloquent pour seulement 3 ans de mandat, pourrait devenir indigeste au contribuable si on émet l'hypothèse, à vérifier, que ces pratiques sont récurrentes sur les 18 années de mandat du maire, et si cela était fait dans les mêmes proportions:

On espère que non, car cela nous amènerait à 36 000€ en majorité de restos avec,  principalement des repas pris sur la commune de Mèze chez des restaurateurs comme le signalait déjà la chambre régionale des comptes dans son rapport préliminaire et son rapport définitif de 2017:

 

CRC rapport def frais de bouche

Suite donc à ces morceaux choisis, d'une lithanie d'irrégularités jusqu'à l'indigestion pour le contribuable Mézois:

 

La CRC n'a pu que condamner le comptable public (elle n'a pas les prérogatives pour condamner les élus et on peut le regretter) sur ces deniers personnels. C'est ce qu'elle a fait, avec une possibilité de remise grâcieuse en fonction de sa situation financière.

 

Une question s'impose donc à tous les contribuables de la ville de Mèze:

 

Les vrais bénéficiaires (élus ou autres) de ces repas au restaurant irrégulièrement payés par la ville vont ils rembourser les contribuables Mézois?

 

Sources:

Jugement CRC

Jugement CRC 2

Rapport définitif cour des comptes

 

 

 

 

 


21/01/2020
5 Poster un commentaire

SCOOP: HENRY FRICOU A DU SUPPORTER LES CONVICTIONS DE YVES PIETRASANTA PENDANT 17 ANS SELON UN ANCIEN ADJOINT

Une campagne électorale nous donne à lire et entendre des choses quelquefois surréalistes.

 

Selon Georges Marcalbert, adjoint à l'URBANISME de 1995 à 2001, en fait, Henry FRICOU n'a jamais eu les même convictions que Yves PIETRASANTA, et à dû "supporter" celles-ci pendant 17 ans.

Interv Marcalbert Fricou Pietra.png

 

Cet élu qui a été, adjoint de Monsieur Piétrasanta et donc son colistier,  candidat contre Yvon Pibre en 2001, candidat contre Henry Fricou en 2003, et qui a négocié crânement son avenir entre les deux tours cette année là, semble aujourd'hui trouver la lumière du côté de son ancien conseiller municipal délégué (doit on entendre "son ancien subordonné"?).

 

On souffre à l'idée de ce que Monsieur Fricou a dû endurer pendant 17 ans à l'insu de son plein gré.

 

Il a d'abord dû endurer d'être propulsé conseiller municipal par Yves Piétrasanta qui était maire de Mèze depuis 1977,

Ensuite, il a du supporter d'être nommé adjoint par ce même personnage aux idées insupportables.

Puis, il a dû laver l'affront d'être désigné comme successeur de Yvon Pibre fin 2001, et contraint et forcé a accepter le fauteuil de Maire donné sur un plateau par ce cher Yves.

Puis, tout  au long des mandats successifs, il a dû s'accommoder d'un personnage un peu collant, qui lui a donné un coup de main lors des affaires judiciaires et rapporté quelques subvention régionales et européennes.

 

Suite à tout ce calvaire, il est donc logique que la moindre occasion ait été saisie par le maire "officiel" de Mèze pour passer par dessus bord cet encombrant parrain qui ne lui était plus d'aucune utilité lors du vote de l'agglo. (Au passage, Merci à Monsieur Marcalbert de nous confirmer que Monsieur Fricou s'est débarassé de Monsieur Pietrasanta lors de ce vote, ce que Monsieur Fricou à bien du mal à assumer).

 

Le plus cocasse dans cette histoire, c'est que Monsieur MARCALBERT vient aujourd'hui au secours de M. FRICOU. Ce cher Henry qui disait encore récemment: "La bétonnistation, ce n'est pas moi, c'était mes prédécesseurs"... Viserait il l'ancien adjoint à l'urbanisme de 1995 à 2001?

 

fricou extreme gauche.jpg

Notez qu'en 2003 la population retenue était de 7630 habitants aujourd'hui on tourne autour des 12000. Plus de 4000 habitants en plus, c'est ça, la croissance raisonnée de la commune.

 

Pour la petite histoire, doit-on rappeler que M. Marcalbert espérait la place du chef en 2001 et que son espoir a été rapidement  douché. On peut donc comprendre qu'il parle de rancune...

 

Ironie du sort, l'ancien adjoint se sera présenté successivement contre Yvon Pibre et contre Henry Fricou mais jamais contre Yves Piétrasanta, tête de liste.

Amnésie quand tu nous tiens.

#capillotracté

 

 


16/01/2020
2 Poster un commentaire

OFFICIEL! POUR LA MAJORITE MUNICIPALE, VENIR HABITER A MEZE IMPLIQUE SOUTENIR LE MAIRE ET VOTER POUR LUI

A l'occasion du ralliement de Marcel GRAINE à Thierry BAEZA, les fauves ont été lâchés côté majorité et le dénigrement est en mode "marche forcée".

 

Et au détour d'une consultation de la page "MEZE ENSEMBLE" (Ensemble: à condition d'être d'accord avec eux), on peut lire un post surréaliste de l'élu à la conchyliculture:

 

2020.jpg

 

Cette remarque postée par un élu de la majorité est un aveu.

 

Un aveu qui confirme ce que tous ceux qui essaient de laisser court à leur liberté de penser  ont pu ressentir depuis des décennies avec l'équipe Fricou.

 

En résumé: Si vous venez habiter à Mèze, il est interdit de prétendre que:

La ville est mal gérée ou qu'on puisse émettre l'idée simple de démocratie et de débat contradictoire:

Il semble qu'en fait, tous ceux qui pensent que la ville est mal gérée, mal administrée devraient la quitter.

 

L'objectif étant semble-t-il de composer une ville où tout le monde devrait voter Fricou.

 

Nous laissons à la sagacité de nos lecteurs le soin de qualifier un tel régime.

 


09/01/2020
5 Poster un commentaire