MEZ'INFOS

MEZ'INFOS

JUGEMENT-CONDAMNATION SUR LES FRAIS DE BOUCHE A MEZE: DES FRAIS DE REPRESENTATION DU MAIRE DE MEZE, DES FRAIS DE RESTAURANT ETAIENT DEPENSES ILLEGALEMENT

 

INCROYABLE! Ce n'est pas un jugement, mais deux, datants du 21 juin 2019 qui confirment ce que l'opposition municipale soulevait quasiment à chaque budget:

 

SAISIE PAR LE PROCUREUR FINANCIER (qui ne ne peut pas être accusé cette fois-ci de se présenter à l'élection municipale), la juridiction CRC a retoqué AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS, les frais de bouche (restaurant, etc...), et les frais de représéntation et de déplacement du maire de Mèze et son équipe en demandant leur remboursement.

entête CRC jugement

 

Après avoir demandé des justificatifs au maire de Mèze et au comptable public, justificatifs, qui n'ont jamais pu être produits..., la chambre a dû statuer sur l'imputation au contribuable Mézois des frais de resto de notre CHER élu, et d'autre (s) personne(s) qui n'avaient pas à en bénéficier.

 

Ces frais, pour les 3 ans contrôlés, s'élèvent à plus de 6000€, et constituent des "dépenses indues, car dépourvues de fondement juridique, non justifiées et de liquidation incertaine et  irrégulièrement payées", "en l'absence de pièces justificatives éligibles".

 

"Un indu dont le paiement a causé préjudice à la collectivité", un préjudice à la ville de Mèze.. C'est en ces termes que le procureur financier et la juridiction de la CRC verbalisent ces dépenses pour le montant cumulé de 6005,80€.

 

Extrait jugement du 21/05/2019:

attendus CRCCe chiffre assez éloquent pour seulement 3 ans de mandat, pourrait devenir indigeste au contribuable si on émet l'hypothèse, à vérifier, que ces pratiques sont récurrentes sur les 18 années de mandat du maire, et si cela était fait dans les mêmes proportions:

On espère que non, car cela nous amènerait à 36 000€ en majorité de restos avec,  principalement des repas pris sur la commune de Mèze chez des restaurateurs comme le signalait déjà la chambre régionale des comptes dans son rapport préliminaire et son rapport définitif de 2017:

 

CRC rapport def frais de bouche

Suite donc à ces morceaux choisis, d'une lithanie d'irrégularités jusqu'à l'indigestion pour le contribuable Mézois:

 

La CRC n'a pu que condamner le comptable public (elle n'a pas les prérogatives pour condamner les élus et on peut le regretter) sur ces deniers personnels. C'est ce qu'elle a fait, avec une possibilité de remise grâcieuse en fonction de sa situation financière.

 

Une question s'impose donc à tous les contribuables de la ville de Mèze:

 

Les vrais bénéficiaires (élus ou autres) de ces repas au restaurant irrégulièrement payés par la ville vont ils rembourser les contribuables Mézois?

 

Sources:

Jugement CRC

Jugement CRC 2

Rapport définitif cour des comptes

 

 

 

 

 


21/01/2020
5 Poster un commentaire

SCOOP: HENRY FRICOU A DU SUPPORTER LES CONVICTIONS DE YVES PIETRASANTA PENDANT 17 ANS SELON UN ANCIEN ADJOINT

Une campagne électorale nous donne à lire et entendre des choses quelquefois surréalistes.

 

Selon Georges Marcalbert, adjoint à l'URBANISME de 1995 à 2001, en fait, Henry FRICOU n'a jamais eu les même convictions que Yves PIETRASANTA, et à dû "supporter" celles-ci pendant 17 ans.

Interv Marcalbert Fricou Pietra.png

 

Cet élu qui a été, adjoint de Monsieur Piétrasanta et donc son colistier,  candidat contre Yvon Pibre en 2001, candidat contre Henry Fricou en 2003, et qui a négocié crânement son avenir entre les deux tours cette année là, semble aujourd'hui trouver la lumière du côté de son ancien conseiller municipal délégué (doit on entendre "son ancien subordonné"?).

 

On souffre à l'idée de ce que Monsieur Fricou a dû endurer pendant 17 ans à l'insu de son plein gré.

 

Il a d'abord dû endurer d'être propulsé conseiller municipal par Yves Piétrasanta qui était maire de Mèze depuis 1977,

Ensuite, il a du supporter d'être nommé adjoint par ce même personnage aux idées insupportables.

Puis, il a dû laver l'affront d'être désigné comme successeur de Yvon Pibre fin 2001, et contraint et forcé a accepter le fauteuil de Maire donné sur un plateau par ce cher Yves.

Puis, tout  au long des mandats successifs, il a dû s'accommoder d'un personnage un peu collant, qui lui a donné un coup de main lors des affaires judiciaires et rapporté quelques subvention régionales et européennes.

 

Suite à tout ce calvaire, il est donc logique que la moindre occasion ait été saisie par le maire "officiel" de Mèze pour passer par dessus bord cet encombrant parrain qui ne lui était plus d'aucune utilité lors du vote de l'agglo. (Au passage, Merci à Monsieur Marcalbert de nous confirmer que Monsieur Fricou s'est débarassé de Monsieur Pietrasanta lors de ce vote, ce que Monsieur Fricou à bien du mal à assumer).

 

Le plus cocasse dans cette histoire, c'est que Monsieur MARCALBERT vient aujourd'hui au secours de M. FRICOU. Ce cher Henry qui disait encore récemment: "La bétonnistation, ce n'est pas moi, c'était mes prédécesseurs"... Viserait il l'ancien adjoint à l'urbanisme de 1995 à 2001?

 

fricou extreme gauche.jpg

Notez qu'en 2003 la population retenue était de 7630 habitants aujourd'hui on tourne autour des 12000. Plus de 4000 habitants en plus, c'est ça, la croissance raisonnée de la commune.

 

Pour la petite histoire, doit-on rappeler que M. Marcalbert espérait la place du chef en 2001 et que son espoir a été rapidement  douché. On peut donc comprendre qu'il parle de rancune...

 

Ironie du sort, l'ancien adjoint se sera présenté successivement contre Yvon Pibre et contre Henry Fricou mais jamais contre Yves Piétrasanta, tête de liste.

Amnésie quand tu nous tiens.

#capillotracté

 

 


16/01/2020
2 Poster un commentaire

OFFICIEL! POUR LA MAJORITE MUNICIPALE, VENIR HABITER A MEZE IMPLIQUE SOUTENIR LE MAIRE ET VOTER POUR LUI

A l'occasion du ralliement de Marcel GRAINE à Thierry BAEZA, les fauves ont été lâchés côté majorité et le dénigrement est en mode "marche forcée".

 

Et au détour d'une consultation de la page "MEZE ENSEMBLE" (Ensemble: à condition d'être d'accord avec eux), on peut lire un post surréaliste de l'élu à la conchyliculture:

 

2020.jpg

 

Cette remarque postée par un élu de la majorité est un aveu.

 

Un aveu qui confirme ce que tous ceux qui essaient de laisser court à leur liberté de penser  ont pu ressentir depuis des décennies avec l'équipe Fricou.

 

En résumé: Si vous venez habiter à Mèze, il est interdit de prétendre que:

La ville est mal gérée ou qu'on puisse émettre l'idée simple de démocratie et de débat contradictoire:

Il semble qu'en fait, tous ceux qui pensent que la ville est mal gérée, mal administrée devraient la quitter.

 

L'objectif étant semble-t-il de composer une ville où tout le monde devrait voter Fricou.

 

Nous laissons à la sagacité de nos lecteurs le soin de qualifier un tel régime.

 


09/01/2020
5 Poster un commentaire

RUMINATION DU BIOU: SUJET DE PHILO: DE LA LIMITE ENTRE RALLIEMENT ET ABSOLUTION?

Il ne s'agit pas pour moi ici de culpabiliser ou juger des démarches: Il s'agit seulement pour moi de susciter la réflexion, et le questionnement de certains de mes amis Mézois.  Si j'arrivais seulement à ce que vous vous interrogiez...releve publicite fonciere terrain fricou.JPG

page 2 acte de vente fricou.JPGExtrait page 5 acte de vente fricou.JPGpv ambrosino001.jpgpv ambrosino002.jpg

Ces faits n'ont jamais été jugés... Le procureur (qui n'est pas un organe indépendant  et qui dépend directement du ministère de la justice) ayant préféré ne pas saisir un juge...

 

 

Au delà de ce que l'on peut penser de ces faits, de comment on peut les qualifier (légaux ou pas), il n'en demeure pas moins que

les personnes qui sont attachées à une certaine honorabilité dans la pratique de la fonction d'élu local peuvent être au moins interpelées..

Certes, comme de coutume

certains feront semblant de ne pas voir

pour se donner bonne conscience ou ne voir que les fleurs ou la couleur du béton dans leur rue.

 

 

D'autres diront:

"Ils en profitent tous, il aurait tort de ne pas le faire",

et c'est ce que l'on entendait le plus à Mèze, au moment où cette affaire a été dévoilée... Sauf que c'est souvent les mêmes qui fulminent contre la classe politique pour stigmatiser ses avantages.

 

Mais là n'est pas selon moi ce qui pose le plus question, j'ai de l'affection pour tous mes mézois, mais je me demande quand même

comment peut on qualifier les personnes qui rejoignent, qui couvrent,  ou qui cautionnent, ceux qui tirent avantage de leur fonction?

 

Et là les mots me viennent:

 

Sont ils complices? Certainement que le mot est trop fort.

 

Sont ils aveugles?

 

Pensent-ils au jugement de leurs enfants quand ils seront adultes? Où à celui de leurs parents

 

Pensent-ils que, bien sûr,

"c'est pas bien" et que "ça ne peut pas continuer comme cela", ou qu'il faut donc bien sûr se dépêcher pour en profiter avant qu'il ne soit trop tard?

 

En tant que bovidé, je ne sais trop quoi penser... mais je rumine...

Je rumine en voyant le manque de conscience de certains de mes amis Mézois:

Exit, la conscience écologique longtemps la marque de cette commune,

exit la conscience politique avec des convictions (quelles convictions?) à géométrie variable,

exit la conscience humaniste envers les administrés et envers ses propres élus,

exit aussi le respect de la parole donnée, le respect des gens, le respect de ceux grâce à qui vous existez:

 

La seule chose qui est sure, c'est que vos ralliement raisonnent en moi comme une caution.

 

Vous cautionnez tous ces actes aux yeux de la population.

 

En bref, exit vos racines, exit les valeurs....

cm 17012007 terrain 300€ m2.JPG

Quand on achète le terrain constructible à 30€ le M2 voire 10€ pour agrandir sa parcelle (confert ci-dessous), cette intervention en conseil municipal en 2007 est savoureuse.

achat aurelie fricou.jpg


09/08/2019
2 Poster un commentaire

PISCINE EN ZONE NATURELLE AU SESQUIERS: LE PIEGE A ELECTEURS ET A OPPOSITION VA-T-IL FONCTIONNER?

Des décennies que l'on en parle, comme la déviation, comme la sortie d'autoroute, comme le lycée, comme la salle polyvalente, comme le terrain synthétique.

Des projets qui reviennent dans tous les tracts et programmes des candidats aux élections, mais qui ne voient jamais le jour.

 

Et pour cause, l'art du mensonge et l'utilisation de ficelles bien connues, mais toujours efficaces pour emballer les électeurs, existent aussi, et surtout dans notre belle commune de Mèze.

 

Noyés sous les info, les citoyens finissent par ne plus lire, ne plus écouter ou ne plus croire ce qui leur est proposé.

 

Comment faire pour communiquer? La solution choisie par notre Maire: FAIRE LE BUZZ

 

Proposer un équipement que beaucoup attendent, mais le localiser dans une zone où il sera manifestement impossible de le réaliser afin de provoquer de nombreux remous.

 

Ainsi, on stigmatise vis à vis de la population des élus et des citoyens, (des concurrents (?)) qui ne font que s'interroger justement, et on les classes directement comme des opposants à cet équipement tant espéré par certains. 

 

COUP DOUBLE! On fait campagne aux frais du contribuable et "en même temps" (selon l'expression Macroniène), on discrédite ses contradicteurs.

Alors les Mézois tomberont-il encore une fois dans le piège que leur a tendu leur propre maire?

 

Si cela pouvait les aider à se faire une idée, Mez'infos décortique cette affaire:

 

1- Le projet se situe dans une zone naturelle sensible.

piscine lubie alibi Mèze Ensemble.jpg

La manière dont est positionnée la tâche bleue par la communication fricouiène, c'est à dire quasi au hasard, et à l'arrache dénote bien la fragilité et

l'impréparation du projet sur un plan technique.

 

Le déclassement, même d'une petite partie d'une zone naturelle, est relativement lourd, difficile (modification du PLU, enquête publique etc...) et au final assez long car des recours ne manqueront pas de surgir étant donné les restrictions nombreuses, y compris des restrictions que les services de l'Etat ne manqueront pas d'étudier:

déclassement zone naturelle.jpg

 

2. Une autre caractéristique de cette zone, va encore à l'encontre de la localisation de ce projet:

 

Cette zone est limitrophe d'une zone rouge de danger du plan de prévention des risques inondation.

Cette zone (RN), qui a déjà impacté de nombreuses habitation existantes, et où de nombreuses restrictions existent, notamment l'interdiction de construire des piscines est définie ainsi par le règlement de PPRI: Zone inondable soumise à un aléa fort de submersion marine ou de débordement fluvial.

plan sesquiers ppri.jpg

Certains objecteront que le site est juste limitrophe de la zone RN. Ce serait méconnaitre les règles car il en existe pour ces zones limitrophes des zone rouges PPRI:zones limitrophes ppri.jpg

(source: PPR Drome)

La question des accès au site est aussi présente parmi les réserves qui ne manqueront pas d'être émises, tout comme celle de la bétonisation d'une zone naturelle, mais là, les mézois sont habitués.

 

Quand on sait que le PLU prévoit l'urbanisation du nord de la zone et donc l'imperméabilisation des sols de ce bassin versant, on aura tous compris que le Maire n'est pas prêt de tenir sa première promesse électorale de la campagne...
L'enquête publique s'annonce passionnante...

30/07/2019
3 Poster un commentaire

RESULTATS SECOND TOUR PRESIDENTIELLE 2017 MEZE

second tour presidientielles meze001.jpg


07/05/2017
1 Poster un commentaire

LES SALARIES DU THALASSA SE METTENT EN GREVE: LE MAIRE LEUR ENVOIE LA POLICE

Drôle de scène ce matin lors du mouvement social entamé par les salariés du Thalassa, suite aux conditions de la vente de celui-ci par la Mairie à AEC.

 

Assistés par FO, les salariés avaient donc pris le parti, après plusieurs mois où Mairie et Semabath avaient fait la sourde oreille à leurs interrogations, de passer la vitesse supérieure.

 

Après avoir fait un communiqué, ceux-ci se sont donc rassemblés devant l'établissement pour manifester leur mécontentement.IMG_20170428_141328.jpg

 

Il n'en fallait pas plus, pour que le très irritable maire de la ville débarque et admoneste les uns et les autres, puis leur envoie la police et la gendarmerie.

 

Le bruit a ensuite couru que le premier magistrat aurait été pris en otage ce qui n'était pas le cas, et que le GIGN était en route.

 

Un bus de touristes allemands a été quelque peu retardé par cette manifestation, mais ses occupants, comprenant l'enjeu, ont vite pris fait et cause pour les manifestants.

 

De nombreux Mézois soutiennent les salariés au premier rang duquel Gilles PHOCAS qui se bat depuis le début de cette affaire pour que cette vente n'aboutisse pas. L'élu d'opposition avait d'ailleurs averti le Maire en qualifiant cette décision de "la pire de votre mandat".GREVE tHALASSA.jpg

 

On sait aussi que de nombreux élus, y compris de la majorité, se manifestent ou se manifesteront contre cette décision qui n'aurait que pour conséquence d'appauvrir la ville de Mèze, et donc chacun de ses habitants, en vendant 2,3 hectares en front d'étang pour la somme de 2,7M€ soit 100€ le m2 de terrain constructible.

 

Les salariés seraient eux aussi lésés dans cette affaire, sans parler de l'incertitude concernant leur avenir, car dans le cadre de l'opération douteuse de la fin de la DSP avec la SEMABATH, c'est leur prime d'intéressement qui est menacée.IMG_20170428_151442.jpg

 

A toutes ces questions, posées par écrit il y a plusieurs semaines déjà, le Maire avait répondu par courrier en ces termes: "Restez à votre place, ça ne vous concerne pas".

 

Pour sa défense, le Maire a usé de sa stratégie habituelle, à savoir le: "C'est pas moi", "je sais pas", où le mensonge qui semble être devenu pour lui une méthode de communication.

 

Lien vers la Vidéo de JP Vannereux

 


THALASSA EN GREVE par MEZINFOS

 

 

 


28/04/2017
5 Poster un commentaire

RESULTAT DU PREMIER TOUR DES ELECTIONS PRESIDENTIELLES DU 23 AVRIL 2017 A MEZE

resultats 1er tour présidentielle 2017 meze001.jpg


23/04/2017
1 Poster un commentaire

BILAN ABSENTEISME DES ELUS A LA CCNBT: LE MAIRE DE MEZE ELU FANTOME D'OR des ELUS INDEMNISES

Comme à la fin de chaque aventure, il est de coutume de faire un petit bilan.

La CCNBT est dissoute depuis le 31/12/2016. Nous avons fait un point sur l'absentéisme et le présentéisme des élus Mézois depuis leur élection en Mars 2014, soit 33 mois de mandat.

Parmi, les treize élus Mézois, deux étaient indemnisés: Yves PIETRASANTA comme président, et Henry FRICOU comme vice-président.

Les autres représentants Mézois, n'étant pas rétribués pour leur fonction.

Les deux élus les plus présents, qui ont d'ailleurs participé à la totalité des 21 conseils communautaires sont Yves PIETRASANTA et Gilles PHOCAS. Aucun autre élu à la CCNBT n'a fait aussi bien qu'eux.

L'élue la moins présente a été de loin Madame Nicole TOURNAN-PASCAL, qui, avec 9 déplacements à OIKOS seulement, obtient le bonnet d'âne.

Henry FRICOU quand à lui, n'a participé qu'à 14 conseils communautaires: (il est de loin, avec Madame la Maire de Bouzigues, le vice-président le moins assidu)...

Pour cette "prestation", l'Arlésienne Mézoise (alias Brutus) a donc touché 31 000€ brut, en plus de son indemnité de Maire, au cours de ce mandat.

Toujours prompt à fustiger l'absentéisme du personnel municipal, celui-ci a encore donné tout son sens à l'expression "faîtes ce que je dis... etc".

Voici donc le "palmarès" Mézois du plus présent au moins présent:

21 conseils communautaires: Yves PIETRASANTA et Gilles PHOCAS

20 conseils communautaires: Chantal ESTADIEU et Thierry BAEZA

19 conseils communautaires: Mireille LOURDOU

18 conseils communautaires: Nathalie CABROL

15 conseils communautaires: Arlette CAUMEL et Paul MAUZAC

14 conseils communautaires: Patrick OLOMBEL et Henry FRICOU

13 conseils communautaires: Eve SILVA et Eric GARINO

 9 conseils communautaires: Nicole TOURNAN-PASCAL

Il est tout à fait compréhensible que des élus bénévoles, encore en activité professionnelle, un peu déçus du système, aient du mal à participer à l'ensemble des conseils communautaires qui sont toujours programmés en semaine.

Mais il est à notre sens inadmissible que les élus indemnisés ou retraités s'exonèrent de cette présence tout en donnant des leçons à la terre entière.

DSC_0507.JPG

 

 

Même pour la "der", il n'a pas fait l'effort de sa présence... (photo Sandra Lebrun CCNBT)

 

 


12/02/2017
5 Poster un commentaire

VOTE A L'AGGLO: QUAND HENRY FRICOU ELIMINE FROIDEMENT YVES PIETRASANTA

"Fais du bien à Bertrand, il te le rend en caguant". Telle pourrait être la conclusion du vote à l'agglo de notre Maire bien aimé.

 

 

Trahison-Sur-Commande.jpg

 

Henry Fricou a été désigné Maire en conseil municipal en 2001 grâce au choix effectué Yves PIETRASANTA (Maire depuis 1977 et touché par le cumul des mandats).

 

Tout au long de ces années, M. PIETRASANTA a soutenu son successeur, même dans les moment les plus difficiles, notamment au moment des affaires de terrain à 30€ le M2 achetés au promoteur à qui il donna le marché de la ZAC des Costes...  Bonne affaire...

 

Mais il arrive toujours un moment où la nature de certains êtres humains reprend le dessus.

 

C'est ce qu'il s'est passé lors du vote du président de l'agglo. Le double jeu de M. Fricou et une de ses adjointes, les ont conduits à voter pour le candidat qui éliminerait Yves PIETRASANTA de toute fonction de la nouvelle agglo.

 

Par contre, la négociation fut rondement menée, puisque le jackpot politique (et financier) revenait par le fait à M. FRICOU qui héritait ainsi de la juteuse première vice-présidence et se débarrassait ainsi de son mentor devenu encombrant pour lui.

 

Une nouvelle fois, M. FRICOU nous expliquera peut-être qu'il a fait encore une bonne affaire mais qu'il n'y est pour rien.. Ce n'est pas lui, il n'est pas au courant etc...

 

trahison.png                                               Chacun jugera de l'élégance du geste de ces "aventuriers sans foi, ni loi..".

 

 


17/01/2017
2 Poster un commentaire

PRIMAIRES DE LA DROITE ET DU CENTRE: RESULTAT DU 2nd TOUR A MEZE

Voici les résultats des primaires de la droite et du centre, second tour, ville de Mèze

 

François FILLON: 572 voix soit 80,45%

Alain JUPPE: 139 voix soit 19,55%


27/11/2016
5 Poster un commentaire

RESULTAT DES PRIMAIRES DE LA DROITE ET DU CENTRE A MEZE: 1ER TOUR

résultat des primaires de la droite et du centre à Mèze, premier tour

 

François FILLON: 314 soit 44,10%

Nicolas SARKOZY: 219 soit 30,76%

Alain JUPPE: 147 soit 20,65%

Nathalie KOSCIUSKO MORISET: 20 soit 2,81%

Bruno LE MAIRE: 10 soit 1,4%

Jean François COPE: 1 soit 0,14%

Jean Frederic POISSON: 1 soit 0,14%

 

Total 712


20/11/2016
3 Poster un commentaire

TERRORISME: LE JOURNALISTE D'INVESTIGATION ALEXANDRE MENDEL SERA EN CONFERENCE A MEZE LE 22 SEPTEMBRE EN CONFERENCE AU CAMPOTEL

alexandre mendel LCI.jpg

 

A l'invitation de Gilles PHOCAS, conseiller municipal et conseiller communautaire, et de l'association "Mèze, Droite au Coeur"; le journaliste d'investigation, Alexandre MENDEL viendra répondre aux questions des citoyens le 22 septembre 2016 à 18h30 à la salle du Campotel..

 

Invité sur de nombreux plateaux de télévision ces derniers temps, l'auteur de "La France Djihadiste" présente un livre qualifié de "première enquête sur les Molenbeek Français".

 

"Un immense travail de terrain" (Mathieu Guidère), "Ce livre n'est pas une enquête à charge, mais le récit exact de la barbarie à nos portes." (Thibault de Montbrial"

 

Ancien de "Midi Libre", Alexandre MENDEL collabore régulièrement à "Réforme" et "Valeurs Actuelles". Reconnu comme journaliste d'investigation et de terrain, il est le premier en France à s'être intéressé au départ pour l'Etat Islamique des vingt djihadistes de Lunel.

 

 


05/09/2016
0 Poster un commentaire

FETE DE L'HUITRE A MEZE: LE DGS DE LA VILLE S'EN PREND A UN ELU DU DEPARTEMENT

Quand tout se passe bien, quand l'organisation est parfaite, quand la concorde et la bonne ambiance sont là: il faut toujours un trouble fête, un aigri ou un mal intentionné pour faire tomber quelques sourires.

 

A Mèze, nous avons le Directeur Général des Services. Un homme qui a du mal à rester dans son rôle administratif et qui ne manque jamais l'occasion de chercher à égaler, voire à doubler les élus, quand il n'intervient pas directement sous pseudos, avec l'ordinateur de la mairie, sur le blog d'information de l'opposition...

 

Cela n'a pas raté lors de la fête de l'huître à Mèze, vendredi 5 août dont l'organisation était parfaite... et qui a fait régaler de 7 à 77 ans, ceux qui y ont participé.

 

Il est vrai que quelques minutes avant les discours, la concorde n'était pas de mise entre le Maire et son service de communication: On a ainsi vu Henry Ier entrer dans une colère noire car son pupitre n'était pas au rendez-vous pour lire son discours...  La patrie a été sauvée in-extremis par un flight-case de l'excellent prestataire de l'animation de la soirée, les autres intervenants se contentant de féliciter les organisateurs et les conchyliculteurs... sans notes...fete de l'huitre 2016.jpg

 

Après les discours, un apéritif convivial était offert par la ville de Mèze.

 

De nombreux élus étaient présents: Député, élus régionaux, départementaux et locaux, accompagnés pour certains de leurs épouses et pour d'autres de leurs amis ainsi que quelques anonymes qui s'étaient glissés parmi cet aréopage.

 

Parmi ces élus, figurait Guillaume FABRE, conseiller départemental et président du groupe des républicains au sein de l'assemblée présidée par Kléber MESQUIDA (Guillaume FABRE est aussi 1er adjoint à la mairie de Saint Gély du Fesc, vice président de la communauté de communes, et délégué de la 4ème circonscription pour les républicains)....

 

Celui-ci était présent car doublement invité: 1- par le conseil départemental qui finance (aussi) la fête de l'huître, mais aussi 2- par son ami Gilles PHOCAS, conseiller communautaire et conseiller municipal de la ville de Mèze... C'est certainement cela que n'a pas encaissé l'employé municipal, qui, on l'espère, n'a pas agit sur ordre de sa hiérarchie.

 

En effet, en plein apéro, Monsieur COULET a fendu le petit groupe d'élus pour interpeler Guillaume FABRE en ces termes: "Ici ce n'est que pour les gens qui sont invités"... Gilles PHOCAS, lui a rappelé que Guillaume FABRE était conseiller départemental, ce que Monsieur COULET savait déjà par ailleurs.. L'administratif lui a répondu qu'il n'en avait cure...

 

Gilles PHOCAS a tenu à s'excuser au nom de la ville de Mèze auprès de l'élu départemental et a avoué ce dimanche qu'il avait eu honte de cet incident dans une ville reconnue comme accueillante et festive...

 

Une affaire, sans grande importance finalement, qui aura fait la publicité du DGS et de Guillaume FABRE, mais qui aura (encore) un peu terni l'image de l'administration municipale de notre belle ville de Mèze.

Guillaume-Fabre.pngGuillaume FABRE

 

POUR INFO: Le décret du 13 septembre 1989 modifié par décret n°2010-116 du 4 février 2010, indique ceci :

 

"Article 3 : les membres des autorités assistent aux cérémonies publiques dans l'ordre de préséance suivant:

1° Le préfet, représentant de l'Etat dans le département ;

2° Les députés ;

3° Les sénateurs ;

4° Les représentants au Parlement européen ;

5° Le président du conseil régional ;

6° Le président du conseil général ;

7° Le maire de la commune dans laquelle se déroule la cérémonie ;

8° - 9° - 10° - 11° Les représentants des armées, des Cours d'appel, des dignitaires des Ordres de médaillés ;

12° Le président du Conseil économique, social et environnemental de la région ;

13° Les représentants des tribunaux ;

14° Les conseillers régionaux ;

15° Les conseillers généraux ;

16° Les membres du Conseil économique, social et environnemental ;

17° Le recteur d'académie ;

18° - 19° - 20° - 21° Les préfets adjoints, les sous-préfets, les officiers généraux ;

22 ° Les chefs des services déconcentrés des administrations civiles de l'État ;

23° Les représentants de l'Éducation et de la Recherche ;

24° Le directeur général des services de la région ;

25° Le directeur général des services du département ;

26° Les conseillers municipaux de la commune dans laquelle se déroule la cérémonie ;

27° Le secrétaire général de la commune dans laquelle se déroule la cérémonie ;

28° Le président du tribunal de commerce ;

29° Le président du conseil de prud'hommes ;

30° Le président du tribunal paritaire des baux ruraux ;

31° Le président de la chambre régional de commerce et d'industrie, le président de la chambre régional d'agriculture, le président de la chambre ou de la conférence régional de métiers, le président de la chambre départementale de commerce et d'industrie, le président de la chambre départementale d'agriculture, le président de la chambre départementale de métier ;

32° Le bâtonnier de l'ordre des avocats, les présidents des conseils régionaux et départementaux des ordres professionnels ;

33° Le secrétaire de mairie"

 

 Le conseiller général (aujourd'hui conseiller territorial), même s'il n'est pas du canton de la commune où se passe la cérémonie, fait partie intégrante du protocole... au même titre des députés qui ne font pas partie de la circonscription, des conseillers généraux etc.

 

 


07/08/2016
11 Poster un commentaire

VENTE DU THALASSA: GILLES PHOCAS A HENRY FRICOU: "CELA RESTERA LA PIRE DECISION DE VOTRE MANDAT..."

D'aucun se souviennent de la vente des autoroutes à des opérateurs privés par le précédent gouvernement.

 

Décision qui, d'avis venant de divers horizons a été un cadeau fait à Vinci et consorts, et un appauvrissement certain pour le contribuable français ainsi que pour les usagers.

 

Malheureusement, sourd à tous les arguments factuels développés, le maire de la ville de Mèze, nous refait le coup, à son échelle avec le village club Thalassa:

 

Jugez plutôt:

 

Fin 2013, le conseil municipal de Mèze vote pour 2,2 millions de travaux au village club Thalassa, qui pourtant fait l'objet d'une délégation de service public accordée à la SEMABATH jusqu'en 2022.

 

A cette époque, un seul élu ne vote pas cette délibération, Gilles PHOCAS, qui préfère une vente à un ensemble que M. Le Maire évalue alors à 3 ou 3.5M€.

 

Sarcasmes, ricanements et sortie du Maire: "Je n'ai aucune intention de me séparer de ce patrimoine qui est propriété de la ville depuis 40 ans"

La délibération considérant que:

"Le village club Thalassa joue aussi un rôle important en synergie avec le Taurus pour l'accueil des compétitions sportives régionales ou nationales... La notoriété de cet ensemble d'équipements dépasse le cadre régional".

2 ans après, changement de programme.. Après avoir fait 950 000 de travaux (subventionnés par l'argent du contribuable), voilà que M. Le Maire, toujours parfaitement conseillé (sic), envisage la vente de l'ensemble à un opérateur privé pour une somme avoisinant les 2 millions d'euros.

 

Donc récapitulons: Après avoir dépensé 950 000 du contribuable pour réparation, après avoir dépensé 125 000€ pour sécuriser juridiquement l'affaire (rachat des parts de la SEMABATH appartenant à la CCNBT), sachant qu'il va falloir verser une indemnité d'environ 100 000€ pour la rupture du contrat, sachant que juridiquement un recours et possible avec les frais que cela suppose...Il faudra aussi solder certains prêts afférents à cet ensemble immobilier à hauteur d'environ 200 000€ ou plus.

 

On va donc vendre un bien que M. Le Maire évaluait à 3 millions d'euros avant travaux, pour la somme de 2 millions après avoir dépensé plus de  1 millions d'euros d'argent public!...

 

Vous retrouverez ci-dessous l'intégrale de l'intervention de Gilles PHOCAS (intervention visiblement sans intérêt pour la presse locale).

 

"Je vous remercie pour la petite réunion que vous avez organisé avant le conseil, elle a été instructive à bien des égards

Je pense que si cette décision est prise, elle restera la plus mauvaise de votre mandat, et vous n’avez à mon sens pas mesuré toutes les conséquences qu’elle est susceptible d’engendrer.

 

Je vous rappelle que, lors de la séance du 18 décembre 2013, au cours de laquelle vous nous avez fait voter pour 2,2M de travaux, vous avez avancé comme argument que le Thalassa avait une valeur comprise entre 3 et 3.5M€ dans l’état où il se trouvait.

Je vous avais fait remarquer que 3M5 + 2.2M ça faisait presque 6M et que c’était invendable à ce prix là.. J’avais donc formulé la proposition de vendre en l’état, d’autant plus que pour moi la rentabilité était insuffisante pour la commune.

Vous m’aviez répondu : je cite le compte rendu du conseil municipal du 18 décembre. :

« M. Le Maire rétorque qu’il se bat depuis qu’il est élu pour que tous les immeubles municipaux et la voirie soient au niveau de l’attente des Mézois. Il n’a aucune intention de se séparer de ce patrimoine qui est propriété de la ville depuis 40 ans »

Aujourd’hui, changement de programme, vous voulez résilier la DSP unilatéralement .. dans le but avoué de vendre à un privé.. pour une somme avoisinant les 2M d’euros après avoir fait pour près de 950 000 de travaux. Vous nous avez affirmé en réunion avoir déjà des contacts.

C’est totalement incompréhensible et il s’agirait d’un appauvrissement certain de la ville de Mèze.

Ce que l’on pouvait vendre selon vous en 2013 pour plus de 3M€, on va en retirer 800 000 après avoir payé les travaux et soldé les emprunts…

Même s’il est vrai qu’il y a eu des subventions, mais, je vous rappelle que celles ci sortent aussi de la poche des contribuables.

A ces 800 000€, il faudra aussi verser une indemnité à la SEMABATH qui à mon sens devrait être de plus de 100 000 selon le contrat d’affermage…

Vous vous basez pour votre décision, sur un audit, que vous n’avez pas joint aux délibérations adressées aux élus, mais que je suis allé consulter en Mairie parce que j’ai eu le temps, ce qui n’est pas le cas de tout le monde.

 

Contrairement à ce que vous affirmez l’audit, ne dit pas que la rentabilité du contrat est nulle mais chiffre à plus de 60 000€ le bénéfice retiré par la ville chaque année hors location, hors taxe de séjour, hors retombées pour le commerce local, hors CFE.. L’audit ne note pas une baisse d’activité mais une stagnation, et l’audit ne propose à aucun moment la vente du bien à un privé.

L’audit conseille au contraire, un règlement amiable avec la SEMABATH en la mettant en demeure de faire sa part des travaux. Cet audit ne suggère qu’en dernière limite et après avoir épuisé toutes les possibilités amiables, de recourir à une résiliation de la DSP dans le but de relancer un appel à candidature.

J’ajoute que dans cet audit, à ma grande surprise, beaucoup de points positifs sont soulevés, et la situation n’est pas aussi grave que ce que vous voulez bien le dire… Mais on sait que, « qui veut tuer son chien, nous dit qu’il a la rage. »

Mais au fait, par qui est dirigée la SEMABATH qui fait l’objet aujourd’hui de toutes vos critiques ? Elle est dirigée par un élu de votre majorité, que vous avez désigné via la CCNBT… Je serais à sa place je serais fort marri de la charge lourde portée à ma gestion.

 

Dans l’équation de cette opération, il y a aussi le sort du personnel qui est là depuis très longtemps et qui n’a semble-t-il jamais démérité.

Si on vend à un privé, on ne pourra pas leur assurer à long terme la pérennité de leurs conditions de travail..

Le personnel est donc partie prenante.. la moindre des choses aurait été de les réunir et de recueillir leur sentiment AVANT, et non attendre que ce soient eux qui se manifestent.

Enfin, la fragilité de votre dossier est patente, sur le plan juridique..

En effet, vous prétendez rompre la DSP pour motif d‘intérêt général dans le but de vendre à un privé ce qui est très contradictoire.

De plus, votre délibération est entachée d’irrégularité, car l’article 39 du contrat de DSP stipule que « l’assemblée délibérante statue au vu d’un rapport présentant un bilan coûts/avantages de la décision envisagée, y compris l’évaluation de l’indemnité prévisionnelle, et la situation sociale du personnel rattaché à l’activité » :

Aucun document ne nous a été fourni ou présenté qui recense tous ces impacts. Cela ne figure pas non plus dans l’audit

L’article 26 prévoit que « le fermier doit gérer l’affermage de façon à s’assurer à minima l’équilibre des comptes de l’affermage ». Il apparait au vu des chiffres que cet engagement a été plus que respecté.

Vous reprochez au fermier de ne pas avoir exécuté les travaux à sa charge à hauteur de 450 000€. Effectivement, il n’a effectué que pour 250 000€ de travaux, mais vous oubliez de signaler que le fermier a du effectuer pour 200 000€ de travaux non prévus, et qu’il reste 7 ans de contrat, et qu’il suffit donc à la SEMABATH d’investir 21400€ par an pour assurer son quota d’investissement : Tout cela aussi, ce n’est pas Gilles PHOCAS qui le dit mais l’audit auquel vous faites référence.

La résiliation pour intérêt général semble éminemment fragile juridiquement.

Pour tous ces motifs, je pense que vous avez très mal évalué l’impact de votre décision. Et même, si vous pensez avoir sécurisé l’affaire en croyant avoir le contrôle de la SEMABATH, des recours seraient possible et engendreraient encore un coût supplémentaire pour la ville.

 

La gestion des SEM à Mèze est une longue histoire, et s’est  toujours terminé par un fiasco avec un impact à chaque fois sur le contribuable, et nous constatons avec effarement que les expériences n’ont servi à rien et que cela continue…

A mon avis, il serait souhaitable de suivre les conseils commerciaux et de gestion prodigués dans l’audit par des professionnels du secteur, en agissant de concert avec la SEMABATH dans un premier temps. S’il s’avère que ce n’est pas possible, car il faut reconnaitre que ce n’est pas son corps de métier, alors, comme indiqué, viendra le temps de rebattre les cartes, et pourquoi pas de nous proposer une telle délibération en vue de refaire un appel à candidature pour la gestion de cet équipement..

Votre précipitation est étonnante et nous laisse penser que les discussions avec vos acheteurs potentiels sont plus avancées que ce que vous voulez bien nous le faire croire.

Ecoutez un peu plus vos élus, majorité et opposition confondu, Je suis sûr que notre ville sera gagnante dans ce changement de comportement.

Je vous demande donc, Monsieur le Maire de bien vouloir retirer cette délibération de l’ordre du jour car à mon sens toutes les conséquences de celle-ci n’ont pas été correctement évaluées ni présentées aux élus municipaux à qui je dis, qu’ils doivent avoir leur liberté de vote et de penser sur un sujet de cette importance.

Si vous la maintenez, nous voterons évidemment contre cette délibération"

Vous pouvez aussi visionner la vidéo de cette séance du conseil municipal sur TV Mèze:   http://tvmeze.fr/conseil-municipal-8-juin-2016-2-eme-partie/

 

http://tvmeze.fr/conseil-municipal-8-juin-2016-2-eme-partie/


19/06/2016
2 Poster un commentaire